Sélectionner une page

JAZZ DAY : GAEL HORELLOU « IDENTITÉS » Dimanche 30 AVRIL 18 H

Du jazz en couleur marié aux timbres rythmiques de l’Océan Indien, du maloya de La Réunion teinté des harmonies du jazz américain, la musique d’Identité navigue dans l’univers de ces deux « musiques noires ».

« Une identité à chercher quelque part entre un toit de case en tôle ondulé et la brique rouge de Brooklyn. »

En 2011,Gael Horellou découvre La Réunion et tombe sous le charme de l’ile et de sa culture. « Identité » est un projet de fusion musicale ayant pour base le jazz et les rythmes de l’Océan Indien. Pour ce faire, Gael Horellou saxophoniste et compositeur a réuni autour de lui l’organiste Florent Gac, le guitariste réunionnais Nicolas Beaulieu ainsi qu’une rythmique de percussions traditionnelles composée de Emmanuel Félicité, Vincent Philéas et Jérôme Calciné.

Il faudra attendre mars 2014 pour que Gael Horellou « Identité » fasse sa première série de concerts: Jazz au Barachois, Léspas Leconte De L’Isle, Kabardock.

En février 2015,le groupe se retrouve en résidence de création au Séchoir, il affine son répertoire et travaille minutieusement compositions et arrangements grâce au soutien de La Spedidam, Dac-Oi et La Région Réunion. Ce répertoire original prend sa source dans les codes du maloya (jeu de questions/réponses entre leader/orchestre et travail sur les appels types des percussions) et du jazz (expositions de thèmes, improvisations, variations de

l’orchestration). Les résultats sont là. Le public, qui s’est déplacé en nombre pour découvrir Identité sur scène (Séchoir, Lucet Langenier, Palaxa), est ravi de tant de générosité, de virtuosité et d’énergie.

La tournée 2015 donne lieu à un enregistrement live et la sortie de l’album est programmée sur le label métropolitain Breakz (Idol/Socadisc)en mars 2017.

En mars 2016, une nouvelle série de concert se fait à La Réunion où le groupe a tenu a partager leur musique avec les enfants au travers d’un concert pédagogique

« Avec Identité, le saxophoniste Gaël Horellou rebranche les fusions maloya-jazz sur la prise de terre. »